IL Y A SEPT HEURES ET SEPT HEURES

Un jour, j’ai pris mon petit déjeuner sur la terrasse détrempée du Château Windsor Hotel à Bombay. J’étais seul, un peu à l’étroit sous un auvent, et je regardais les corbeaux attendant patiemment mes miettes.

Parfois nous sommes le lundi et nous pensons au lendemain, par exemple – si l’on est professeur – aux sept heures de cours qui s’écouleront, vaille que vaille, dans la routine du mardi.

Sept heures, c’est exactement le temps qu’il faut depuis la France pour rejoindre Bombay. La même durée qu’une journée de travail et ce sont les corbeaux, la mousson, les clés d’une chambre où vous n’avez jamais logé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s