LES PRINCESSES D’ISTANBUL

En 1977 (voir article précédent) je visitais donc Istanbul pour la première fois. À l’époque Patrick V. nous avez recommandé la visite du « Pudding shop », lieu paraît-il mythique sur la route des Indes – au sens où l’on pouvait s’y approvisionner en substances diverses. Nous avions mis plusieurs jours pour atteindre la ville, traversant pour cela toute l’ex Yougoslavie (plus de 35 heures de train) et la Thrace, depuis Thessaloniki (26 heures). J’ai peu de souvenirs de cet Istanbul : la gare qui donnait sur le quartier de Galata en face, le pont pour le rejoindre, les cireurs de chaussures à Taksim. À l’époque, j’avais l’impression d’être très loin. J’avais envoyé une carte postale à ma tante Paulette de Barles et celle-ci m’avait dit plus tard : « Tu avais l’air perdu. » Ça, je m’en souviens parfaitement.

Trente-cinq ans plus tard, sur le chemin de New York, nouveau passage à Istanbul. Pauline et moi y avons vécu une très bonne soirée et j’ai redécouvert avec plaisir cette ville magnifique. Sur le pont de Galata s’alignent maintenant les restaurants à touristes et le quartier de Taksim abonde en boutiques de mode. Bien sûr, en quelques heures, on ne peut pas se faire une idée précise d’un pays. Ce que je retiens à coup sûr c’est que les filles sont jolies à istanbul et qu’on y trouve un grand nombre de librairies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s