LE VOYAGEUR ET LE PASSÉ

Je me suis rendu pour la première fois au Portugal en 1982. Nous avions entrepris de faire le tour de la Péninsule Ibérique en une semaine et en 2CV, ce qui laisse deviner le nombre d’heures passées à rouler. À Salamanque, première étape du périple depuis Toulouse, nous nous sommes fait voler le matériel photo. Je me souviens avoir couru derrière deux types en criant « POLIDZIA ! POLIDZIA ! », mot qui n’existe pas, ni en Espagne ni ailleurs, mais que tout le monde comprend quand même. Les voleurs cependant couraient beaucoup plus vite que moi, et nous avons poursuivi le voyage sans pouvoir prendre de photos (la catastrophe), demandant à quelques touristes de bien vouloir nous prendre et de nous envoyer le cliché quand ils l’auraient développé. Nous en avons reçu un, quelques semaines plus tard, posté depuis l’Uruguay.

Hé oui, c’était tout une histoire encore, un autre époque. À Nazaré, première petite ville du Portugal où nous avons campé, une panne d’électricité a plongé le restaurant dans le noir et nous avons fini le dîner à la bougie. Je n’ai qu’un vague souvenir de Lisbonne, le lendemain. Nous avions dormi dans une auberge de jeunesse et le seul vrai détail qui me revienne est la découverte dans le Bairro Alto du porco a alentejana, souvenir gastronomique que je range au sommet de mes émotions gustatives, juste au-dessous de la fameuse pintade du parc national de la Kéran au nord du Togo (futur article…) ! En 1982, le Portugal n’était déjà plus une dictature mais le pays semblait marqué par les temps sombres ; le rattachement économique à l’Europe n’était pas encore à l’ordre du jour et le Tage menaçait la praça do comércio, du moins c’est l’impression que je m’en étais faite.

Les photos qui accompagnent cet article, à l’exception de la première, ont donc été prises à l’occasion d’autres voyages. Lisbonne… Je ne me lasse pas de cette ville. Mais pour finir l’histoire de ce premier périple, j’ajouterai simplement que nous avons poursuivi jusqu’à Séville, découverte pendant la Semaine Sainte (processions impressionnantes), et Vall de Uxió, près de Valence, où je cherchais déjà à retrouver les traces d’un premier passage, en 1978, en compagnie de mes cousins Dominique et Gérard. Il faudra d’ailleurs que je recherche les photos de cette équipée mémorable, d’une certaine façon fondatrice. Ce sera encore l’objet d’un prochain article, d’un autre voyage dans le temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s