MARINE, PAULINE ET KATHERINE

Pour ses vingt-cinq ans, Pauline partit à l’aventure en Terre d’Arhnem, Australie, du côté de Weemol et Bulman. Quand on regarde une carte du Northen Territory, c’est en plein milieu, au bout d’une piste réglementée c’est-à-dire soumise à des interdictions. Elle suivait les traces de Marine qui avait fait le même voyage quatre ans auparavant. Sur son carnet, elle tint le journal de cette expérience qui marquerait à jamais sa jeunesse. J’aime lorsqu’elle raconte ses promenades autour du camp, toute seule à chanter des airs d’opéra et à penser à sa grand-mère. Yohan, paraît-il, était un jeune homme magnifique, capable de tuer un buffle. Depuis, il s’est rendu célèbre en résistant aux mâchoires d’un crocodile de mer, non ce n’est pas une blague. On peut se procurer l’article : http://www.sdiml.com/combat-de-boxe-avec-un-crocodile-australien/

L’Australie du Nord est un lieu tout à fait spécial ; chaque rencontre est en soi une histoire dont un écrivain de la route (ou un cinéaste) pourrait tirer un joli recueil de nouvelles. Je pense à ces témoins de Jéhovah croisés un jour sur la Gibb River road, dans le Kimberley ; aux bières et à la douche offertes par deux ouvriers Néo-Zélandais et Écossais dans un camping de Derby; ou encore, dans un bar de ce même bled, à l’étrange impression de menace. Ce soir-là des militaires en goguette avaient fini par nous soupçonner d’espionnage au prétexte que j’avais une caméra. Marine et moi avons calmé le jeu, attendant qu’ils partent, puis nous avons regagné notre van et mis la sécurité aux portières. Sur la vidéo que je n’ai jamais montée, on sent que peu à peu la bière tourne au vinaigre et on comprend pourquoi il valait mieux se barrer.

Pour en revenir à Pauline, après un mois passé très isolée, étape de quelques semaines à Katherine, au sud de Darwin… Je connaissais cette petite ville pour l’avoir traversée en 2009. Surtout, je me souvenais des photos de Wim Wenders prises un soir de Noël au croisement de la Stuart Highway et de la route pour Mount Isa. J’ai donc demandé à Pauline de photographier le carrefour et de retrouver le bar « Threeways » où Wim avait goûté au blues du réveillon.

Finalement, à plus de vingt ans d’écart, le coin n’avait pas beaucoup changé.

2 réflexions sur “MARINE, PAULINE ET KATHERINE

  1. Tes récits océaniens me font toujours penser à deux choses. Au roman « Cul-de-sac » de Douglas Kennedy et aux pérégrinations, là-bas, de Charlélie Couture, une de mes idoles d’adolescent. Chez toi et chez eux, je retrouve l’aventure large d’épaule, les trompeuses sensations de vide où s’est réfugiée une crasse brute qui cherche à faire crasse nette devant l’authentique aborigène. Une vision sans doute un peu romantique.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s