PÊCHEURS DE PERLES

Encore un autre jour, il fallait tuer le temps dans une petite ville isolée du nord-ouest de l’Australie, Broome, et nous avons visité le cimetière où reposaient paisiblement – c’est du moins l’impression que laissaient les tombes – des pêcheurs de perles japonais et chinois. Le secteur du Cape Leveque et de la péninsule de Dampier, des noms de navigateurs français, est encore aujourd’hui réputé pour ses fermes perlières. À la fin du XIXe siècle et jusque dans les années 30 du XXe des compagnies se spécialisèrent dans l’exploitation de la nacre et on fit venir à Broome quantité de plongeurs originaires d’Asie du Sud Est ou du Japon. Équipés de scaphandres, ils bravaient le danger (crocodiles de mer, requins) pour remonter les coquillages à la surface. Le cimetière compte, dit-on, plus de 900 tombes de ces travailleurs de la mer. Celle de Wong Wyag, mort en 1925, est l’une d’entre elles et, de passage à l’église de Beagle bay, on pourra, pourquoi pas, allumer une bougie en souvenir de lui. Cette église est la plus curieuse qu’il m’ait été donné de voir, entièrement décorée de nacre, une petite splendeur cachée dans un coin du monde oublié.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s