ADELAÏDE et L’AUSTRALIEN DU MERCANTOUR

En Australie, j’avais eu l’occasion de voyager successivement avec Marine et Pauline. Une escapade à Adélaïde et dans le South Australia State me permet de le faire également avec Manon. Ce sont des moments privilégiés.
Adélaïde est une ville agréable, calme malgré son million d’habitants. Tantôt l’architecture fait penser à New York, les espaces verts de North Terrace remplaçant Central Park, tantôt les rues à streep tease et à pubs (Hindley Street) annoncent déjà l’atmosphère des villes du Nord et donc du bush. Point remarquable, Adélaïde recèle le meilleur magasin de cartes de toute l’Australasie. Une aubaine pour l’amateur que je suis, une salle du trésor. Anthony Stephens, le propriétaire des lieux est lui-même cartographe et grand voyageur. Sur l’écran où passent en boucle ses photographies, je reconnais le Mercantour qu’il a parcouru voici peu de temps. Amusant de discuter du Lac Vert de Fontanalbe et du Mont Bégo avec un Australien d’Adélaïde. Je lui parle également des îles de l’Amiralty Gulf, tout au Nord du Kimberley. Sur la carte, avec une certaine excitation, nous découvrons le Fenelon Passage, Descarte et Moliere Islands non loin de l’Île Racine et du Cap Voltaire… J’achète la carte ! Comme l’Australie du Nord, les côtes de l’Australie du Sud ont été écumées par des navigateurs français. C’est dans la Péninsule de Fleurieu que nous passerons la journée de lundi. L’explorateur Nicolas Baudin, envoyé par Napoléon, avait fayoté en donnant à cette partie de la côte le nom du ministre de la Marine de l’époque ! Les découvreurs sont d’ailleurs à l’honneur à l’Art Gallery : exposition Treasure Ships consacrée à l’Âge des épices. Un régal !
Du mini road trip de la Péninsule de Fleurieu et des Adélaïde Hills, il sera question dans le prochain article.