TARSIER ? NE PAS DERANGER !

P1240994

Une journée touristique… L’île de Bohol propose quelques spots incontournables, il serait dommage de passer à côté. Prenons l’exemple d’un tarsier. Ce primate mesure environ 8 cm et s’accroche aux branches d’acajou en ouvrant de grands yeux. Le jour il s’économise pour faire la fête toute la nuit, paraît-il. Or je mets au défi quiconque de repérer l’animal dans des conditions normales de promenade non accompagnée dans la jungle épaisse. Ne pas trop rêver ; un tarsier, modèle de discrétion, se fond dans le décor, se cache sous les feuilles, et mes conseils sont plutôt de prendre un billet d’avion pour les Philippines, de rejoindre Corella, d’acheter un billet au Philippine Tarsier Sanctuary, de suivre les flèches, et d’attendre qu’une hôtesse vous montre du doigt l’animal. Au début, on ne voit rien, enfin, du vert, beaucoup de vert, et tout à coup il y a un « Ahhhhh !!! », aussitôt étouffé au fond de sa gorge, parce qu’il ne faut pas trop effrayer ni déranger le tarsier.
Plus repérable sur l’île de Bohol, le touriste coréen. Il se déplace généralement en groupe et, je ne sais pourquoi, décide systématiquement de se rendre là où vous allez. Chocolates Hills ? Bien sûr ! Lobok River ? Evidemment ! Ruines de l’église baroque de Baclayon ? Cela va de soi… Il semble en revanche que le pont de bambou de Sikatuna soit réservé aux seuls touristes français.
Voilà en tout cas une nouvelle journée bien remplie. La piscine, en fin d’après-midi, est un délice. Il me faut ce soir trouver un moyen de locomotion pour aller dîner en ville, à moins que je ne me laisse séduire ici par le karaoké. Apparemment, c’est une spécialité de l’établissement.