BARLES SAISON INCERTAINE

Mon cousin Rolland, historien de la commune de Barles, sait-il pourquoi notre village a choisi la Pentecôte pour sa fête annuelle ? Quoi qu’il en soit, il est avéré qu’à cette date il ne fait jamais beau. La palme revient peut-être à L’année 2013 où la neige s’est invitée toute la journée de dimanche. Pas un chat. Des fanions détrempés au-dessus de la rue. Des écharpes de brumes sur le Pic de l’Aigle. Les boules restées au fond des remises. Le lundi, c’était un peu mieux. On a pu boire du pastis avec l’eau de lavoir. En revanche, il n’y a pas eu de messe, pas de distribution de petits pains… Il n’y a plus de curé, paraît-il, pour venir jusque-là. Cela me fait penser que j’adorais entendre ma mère raconter la veillée de Noël, dans les années 30, quand tout le village montait à la chapelle Sainte Anne aujourd’hui ruinée. C’était décidément une autre époque.

J’ai pris des photos cette fois du côté du Forest, des barres de Chine et des Sauvans. Quelques-unes aussi chez les « voisins », à Maure et à Lambert.  Vous les trouverez dans ce nouvel album.

Oui, « Barles saison incertaine », mais pays de quelques certitudes personnelles.