CAILLOUX MYSTIQUES

Oui, comme dans toute la Méditerranée du sud, on prie beaucoup à Malte, Jésus et ses apôtres, et Saint Paul bien évidemment dont le passage dans l’île ne sera pas resté inaperçu. Il y aurait fait naufrage non loin de la passe entre Malte et Gozo, qu’aujourd’hui le ferry traverse avec une régularité de métronome. Si Malte est aride, Gozo l’est plus encore, défendue au nord et au sud par de hautes falaises qui s’effritent. Cette Mare Nostrum paraît rarement aussi forte qu’ici, à frapper comme elle le fait les trois cailloux mystiques (car je compte aussi la minuscule Comino, entre les deux îles principales. L’intérieur, lui, est très calme. Quel plaisir de flâner dans les ruelles tranquilles de Mdina! Quelle découverte aussi que la Casa Rocca Piccola! Le marquis de Piro, francophone, nous y reçoit élégamment avant de nous laisser dans les pattes d’un de ses rejetons à peine audible, délégué à la visite des caves ou anciennes citernes qui abritèrent la population pendant les bombardements italiens et allemands. J’imagine qu’on pria là aussi, les yeux inquiets tournés vers les voûtes. Mais elles ont tenu le coup. Tout ne s’effrite pas en ce bas monde, et voici le temps de refermer délicatement ces trois carnets d’esquisses maltais.