OMAN MUSANDAM GRAND SPECTACLE

J’en étais donc resté à mes difficultés d’orientation dans Dubaï. On va vite passer sur ce sujet sans intérêt pour se retrouver sur la route de Ras al-Khayma et ses petites dunes de sable. Si on regarde une carte de l’Arabie et du Détroit d’Ormuz, on remarque que les Émirats Arabes Unis se terminent en pointe, mais en fait ce ne sont plus les Émirats Arabes Unis, c’est le Sultanat d’Oman, l’enclave de Musadam, juste en face de l’Iran à moins de quarante kilomètres. Jean Rolin a sorti l’an dernier un roman intitulé Ormuz. L’histoire se déroule dans ce secteur hautement stratégique et non moins étrange. Des montagnes quasiment vides, sans aucun arbre, sans femmes (très peu vues de toute la journée), quelques villages où on ne rencontre que des chèvres. Le passage de la frontière m’a rappelé la grande époque où j’allais du Togo au Bénin ou du Togo au Ghana. Patience, sourire, soumission : voilà la bonne stratégie pour passer. Une fois de l’autre côté, c’est alors le grand spectacle. On a quitté la plaine désertique pour la montagne désertique, escarpée, rocailleuse. La route serpente d’abord en bord de mer, au pied de falaises immenses ; on voit au-dessus de l’eau des escadrilles de cormorans. Puis, brusquement, la route s’élève sur une corniche vertigineuse qui permet de passer d’une crête à l’autre. Au loin les pétroliers ou les boutres croisent dans le détroit. Bientôt une dernière épaule au-dessus du vide et c’est Khasab, la seule ville d’un peu d’importance, le rendez-vous des pirates et des contrebandiers ! Omanais bien sûr mais aussi Pakistanais, Chinois, Bengalis, indiens, Philippins, Iraniens, etc. Vite, on regardera ça plus tard. Le boutre est là, il attend, il y a des bananes (et du thé, du café, de l’eau), montons, levons l’ancre et racontons tout cela demain !