LES CARTABLES LES PLUS PROCHES DU DÉTROIT D’ORMUZ

Un orage est tombé hier soir sur Valbonne. Les colchiques bientôt couvriront les prés.
Khasab était peut-être l’endroit idéal pour terminer ce long périple (et par voie de conséquence la rédaction de ce carnet de voyage). Une curiosité géostratégique, un balcon désertique sur l’une des zones les plus sensibles de la planète, à deux pas de Bandar Abbas (Iran), là où les chèvres vont, indifférentes aux désordres du monde. D’une manière générale, j’aime ces zones improbables dénichées rêveusement sur les cartes. J’en ai déjà visité quelques-unes (par exemple cette région du Nord Togo / Benin, dans les environs de Natitingou, où on ne sait jamais de quel côté de la frontière l’on se trouve, se présentant devant un douanier que l’on croit Togolais alors qu’il est Béninois ou l’inverse.) J’adorerais traîner mes guêtres au bout de la Bande de Caprivi ou dans le Khakaborazi National Park, au Nord de la Birmanie, tout près des frontières indienne et chinoise. Gaston Rebuffat, l’alpiniste, écrivait que c’est au sommet de la montagne que l’on vient de gravir que naissent les idées de nouvelles ascensions. C’est la même chose pour les voyages.
Mon guide indiquait que le seul événement notable dans la vie communale de Khasab avait été ces dernières années l’inauguration du Supermarché Lulu. Voici comment Jean Rolin décrit l’établissement : « Dans l’attente de nouvelles instructions qui vraisemblablement n’arriveraient jamais, et après l’échec prévisible de ma mission auprès de l’émir de Sharjah, que pouvais-je faire, à khasab, sinon tuer le temps ? Par exemple, et afin de complaire encore à ce caprice de Wax, en poursuivant l’inventaire de toutes les choses, des plus infimes aux plus majestueuses, susceptibles d’être décrites, chacune dans sa catégorie, comme la plus proche du détroit d’Ormuz. Tâche d’autant plus immense, à Khasab, que la ville elle-même – à égalité avec Bandar Abbas – présente cette particularité, et donc aussi la plupart des choses qu’elle contient. Ainsi du distributeur automatique de billets installé dans le tout nouveau supermarché Lulu, celui qui vient d’ouvrir, près du port, sur un terrain remblayé, tant il est vrai que les Émirats n’ont pas le monopole de cette technique. Distributeur de billets dont je peux garantir qu’il est non seulement le plus proche du détroit mais également le seul, dans toute la ville, à être approvisionné régulièrement. »*
Je me suis quant à moi retrouvé en slip sur le parking du supermarché. Il ne s’agissait pas d’une soudaine crise d’exhibitionnisme (dans un pays où la pudeur est de rigueur et le streap tease sévèrement puni) mais de la nécessité de troquer mon short pour des pantalons longs, le plastique de l’habitacle de mon véhicule risquant de provoquer sur mes jambes d’habituelles et navrantes allergies cutanées (dermatose de contact). Compte tenu de l’affluence, ayant estimé nul le risque d’être surpris dans l’opération, je me suis donc changé pour entrer, en majesté, dans le supermarché. Apparemment à Khasab aussi la rentrée approche. Une montagne de cartables (voir photo) en atteste et, avec Jean Rolin, on admettra qu’il s’agit des cartables neufs les plus proches du détroit d’Ormuz, côté Péninsule Arabique du moins. Les clients quant eux étaient rares. Quelques ouvriers, quelques femmes revêtues du niqab… À noter qu’à Oman les traditions sont encore respectées et j’ai vu porté, par exemple, ce type de masque désormais très rare, le batoola. Pas question évidemment de photographier les femmes que j’ai croisées mais on se fera une idée grâce au mannequin du musée de Khasab installé dans les murs de l’ancien fort portugais.
Comment voit-on les choses à travers un batoola ? Je n’en sais rien… Pour regarder le monde, en ce qui me concerne en tout cas, il faudrait encore du temps, beaucoup de temps, mais voilà,  les cartables du supermarché Lulu vont bientôt lester les épaules, toutes les épaules. C’est chaque année pareil. On recommence, on repart…

Bonne rentrée à tous !

* Jean Rolin, Ormuz, P.O.L., 2013.

OMAN PÊCHE MIRACULEUSE

Le soleil s’est levé sur Oman, ma fenêtre s’ouvre sur le Détroit d’Ormuz.

Hier, de retour de la navigation, découverte de Khasab et des environs. Je m’arrête près d’une mosquée; des émigrés pakistanais et bengalis animent la rue. On vend des dattes, on boit des cafés. Je poursuis vers les faubourgs. De beaux enfants croisés. Une vallée du bout du monde, comme si Prads (Alpes de Haute provence)  s’était transformé en désert d’Arabie. Magnifique ! Il reste un peu de jour, je file de nouveau vers la mer. En contre-bas de la route des pêcheurs remontent péniblement un grand filet. Ils tirent en basculant leurs dos vers l’arrière, la prise doit être bonne. Oui, une centaine de kilos de petits poissons frétillants (un poisson frétille toujours avant d’y passer), mais aussi une énorme raie tigrée et une tortue ! Les enfants caressent le dos luisant des bestiaux. Ils ont un peu peur, semble-t-il, mais pas trop. Bientôt on remplit un grand casier des petits poissons mais on relâche la tortue puis la raie. Toutes deux s’éloignent sous le regard émerveillé du touriste et ceux habitués des pêcheurs. Enfin, retour par la plage. Quelques familles, quelques femmes, quelques hommes méditant…
J’ai filmé ces scènes. De retour en France je prendrai le temps de les monter. Ici, je n’ai pas le matériel pour le faire. Il me reste encore quelques heures avant mon retour. Je compte bien en profiter.

OMAN MUSANDAM GRAND SPECTACLE

J’en étais donc resté à mes difficultés d’orientation dans Dubaï. On va vite passer sur ce sujet sans intérêt pour se retrouver sur la route de Ras al-Khayma et ses petites dunes de sable. Si on regarde une carte de l’Arabie et du Détroit d’Ormuz, on remarque que les Émirats Arabes Unis se terminent en pointe, mais en fait ce ne sont plus les Émirats Arabes Unis, c’est le Sultanat d’Oman, l’enclave de Musadam, juste en face de l’Iran à moins de quarante kilomètres. Jean Rolin a sorti l’an dernier un roman intitulé Ormuz. L’histoire se déroule dans ce secteur hautement stratégique et non moins étrange. Des montagnes quasiment vides, sans aucun arbre, sans femmes (très peu vues de toute la journée), quelques villages où on ne rencontre que des chèvres. Le passage de la frontière m’a rappelé la grande époque où j’allais du Togo au Bénin ou du Togo au Ghana. Patience, sourire, soumission : voilà la bonne stratégie pour passer. Une fois de l’autre côté, c’est alors le grand spectacle. On a quitté la plaine désertique pour la montagne désertique, escarpée, rocailleuse. La route serpente d’abord en bord de mer, au pied de falaises immenses ; on voit au-dessus de l’eau des escadrilles de cormorans. Puis, brusquement, la route s’élève sur une corniche vertigineuse qui permet de passer d’une crête à l’autre. Au loin les pétroliers ou les boutres croisent dans le détroit. Bientôt une dernière épaule au-dessus du vide et c’est Khasab, la seule ville d’un peu d’importance, le rendez-vous des pirates et des contrebandiers ! Omanais bien sûr mais aussi Pakistanais, Chinois, Bengalis, indiens, Philippins, Iraniens, etc. Vite, on regardera ça plus tard. Le boutre est là, il attend, il y a des bananes (et du thé, du café, de l’eau), montons, levons l’ancre et racontons tout cela demain !