TRAINS DU TIERS-MONDE

Je ne me souviens plus très bien comment nous nous sommes retrouvés à Yamoussoukro. Ce que je me rappelle, ce sont les kilomètres de goudron et les lampadaires au milieu de la brousse. En 1979, Houphouët était encore au pouvoir et il avait décidé de faire de son village natal la capitale du pays. Nous nous sommes emmerdés comme des rats morts dans ce bled, un peu choqués par la mégalomanie du « vieux sage » (expression qui, en Afrique, désigne souvent les dictateurs madrés soutenus par la France). Nous avons bu un coup et Gac a laissé un pourboire royal en se trompant dans le taux de change, d’où l’invention du verbe « yamoussoukrer » qui signifie « donner un pourboire au-dessus de ses moyens ». Après une visite aux crocodiles sacrés (autre spécialité africaine) nous avons pris un vol Air Ivoire pour Korogho, chef lieu du pays Sénoufo. De là, il fallait encore monter dans un taxi brousse pour rejoindre Ferkessedougou et y attendre le train de la RAN pour Bobo, en Haute Volta. C’est dans cette ville que sont tournées les dernières images du nouvel extrait (j’ai vérifié, le drapeau du Burkina Faso a changé).

Au sujet de cette scène du Voyage en Afrique (titre du film), je dirais que Gac est au meilleur de sa forme. La musique colle parfaitement aux images, il y a comme une mélancolie que j’aime beaucoup.