あなたは気づきますか ?

Encore un autre jour, j’avais un rendez-vous dans une fourmilière qui s’appelle la gare de Shinjuku à Tokyo. Je ne sais plus pour quelle raison ce lieu avait été choisi mais, repérant par prévoyance le secteur, je me dis que nous n’aurions pu trouver théâtre de rencontre plus compliqué. Dans l’après-midi, après avoir croisé un cortège de manifestants très en colère (contre quoi ou contre qui, cela resta un mystère) et les cordons de flics afférents, j’avais passé un moment tranquille dans le parc de Shinjuku Gyoen. Puis, n’écoutant que mon courage, je plongeai dans la foule pour me tanquer au milieu de la place située à l’angle de la Seibu Shinjuku Station Dori st. et de la Yasukuni-dori Ave ; tout le monde voit très bien où c’est, bien sûr. Mon regard télescopique en action, j’essayai de résister au flot continu des Tokyoïtes quand, tout à coup et contre toute espérance, je me vis comme renversé (imaginons cette scène au ralenti) par une sorte de petite puce sautillante. Alex ! Alex ! On a réussi, je n’y croyais plus ! Mais non, cher Alain, c’est très facile ici, on ne peut pas se rater, je te présente Ryoma, comme je suis heureuse de te retrouver, tu es le premier à venir me voir à Tokyo, ça, je ne l’oublierai pas, Ryoma, tu te rends compte ? You realize ? あなたは気づきますか ?… Nous quittâmes les lieux rapidement pour ne pas être écrasés davantage. Ryoma connaissait un restaurant où nous pourrions fêter nos retrouvailles à notre aise, à genoux et en chaussettes. Le souvenir que j’en ai gardé est mémorable. C’était la première fois que je voyais des menus sur tablette (nous étions en 2012) et je me régalai de plats inconnus et délicieux alors que, depuis mon arrivée à Tokyo, je m’étais pusillanimement contenté de menus Mac Do insipides. Nous bûmes également beaucoup, Ryoma avait une bonne descente et Alex finit un peu pompette (moi aussi). Je leur proposai en sortant de monter tout en haut d’un immeuble pour admirer la vue. Il s’agissait de l’hôtel où Bill Murray boit un whisky en compagnie de Scarlett Johansson dans Lost in translation. Bien entendu, il fallut traverser le hall pour prendre l’ascenseur et nous n’étions pas très discrets. Malgré le sens du règlement de Ryoma, notre équipage manquait singulièrement de tenue. Il n’empêche, nous étions dans le ciel de Tokyo, riches de cette nouvelle histoire, grisés et heureux, un peu comme dans un film, oui. Plus tard, nous revînmes sur la place de Shinjuku où nous nous étions miraculeusement trouvés. Alex et Ryoma reprendraient le métro pour rentrer chez eux (ils habitaient alors un quartier éloigné, pas du tout touristique, me dit Alex) et moi, je retournerai à mon hôtel du côté d’Asakusa. Aucune Scarlett ne m’y attendait mais je n’avais pas à me plaindre, j’avais passé une très belle soirée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s